loading
        array(6) {
  [0]=>
  object(stdClass)#43 (11) {
    ["id"]=>
    string(2) "71"
    ["titre"]=>
    string(44) "Baisse de 5% du marché publicitaire en 2019"
    ["body"]=>
    string(4364) "

LE CANAL DIGITAL ET LA RADIO S’EN SORTENT AVEC DES CROISSANCES DE 6,3% ET 22,7% RESPECTIVEMENT. LA PRESSE ÉCRITE, L’AFFICHAGE ET LA TV SONT EN PERTE DE VITESSE CONTINUE. D’APRÈS LES PROJECTIONS D’IPSOS, LE DIGITAL SERA LE PREMIER CANAL DE COMMUNICATION EN 2026.

 

Le marché publicitaire poursuit sa décadence. D’après les chiffres du cabinet Ipsos, entreprise de sondage spécialisée dans les études, le marché publicitaire a chuté de 5% en 2019 par rapport à la performance de l’année 2018. Les canaux qui ont connu les baisses les plus prononcées sont l’affichage (-24,1%) pour 1 milliard de DH d’investissements bruts en 2019, la presse écrite (-12%) pour 506 MDH et le cinéma (-13,7%) à hauteur de 41 MDH. Les deux seuls canaux en évolution restent la radio (6,3%) qui s’essouffle après des hausses à deux chiffres pendant deux ou trois ans, attirant en 2019 des investissements bruts de 1,18 milliard de DH et le digital (22,7%) dont les investissements ont dépassé la presse avec 693 MDH engrangés en 2019, même si la majorité des fonds vont à Facebook et Google. «Globalement, le marché marocain suit la même tendance depuis 2017. Le marché baisse au fil des mois au profit du canal digital qui continue de croître à deux chiffres. Pourtant, malgré le rétrécissement continu des dépenses des médias offline, certains indicateurs bruts montrent une croissance positive. Ce constat est, hélas, le résultat de politiques de dumping des opérateurs de marché pour attirer le maximum de budgets», déclare Lahoucine Boulman, responsable de la pige publicitaire chez Ipsos. Ce dumping concerne tous les canaux de communication qui se battent sur un marché de plus en plus étroit. Le mix-médias des annonceurs avantage de plus en plus le canal digital. Les réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram, connaissent en effet un réel succès parmi les annonceurs.

Un sous-investissement de grands annonceurs

Une partie du budget des annonceurs, auparavant dédiée aux médias offline, est passée aux médias online. Mais le responsable d’Ipsos déplore un autre facteur ayant contribué à la baisse des budgets: le sous-investissement des grands annonceurs en comparaison avec leur part de marché. «Cela concerne surtout les entreprises locales dont les investissements sont inférieurs à ceux des multinationales. Dans le cas des entreprises qui évoluent dans les secteurs de l’immobilier, de la banque, l’assurance et l’automobile, la recherche du retour sur investissement est un autre facteur qui explique cette baisse», déclare M. Boulman. Le canal digital permet en effet un meilleur ciblage et un retour sur investissement déterminé pour les entreprises en recherche de rentabilisation de leur budget publicitaire. Même la TV, pourtant canal de masse, est en perte de vitesse. A titre d’exemple, 2M qui capte 72% des investissements publicitaires (1,3 milliard de DH) a un chiffre d’affaires en recul de 6,5%. Le modèle de programmation de la chaîne publique orienté vers plus d’émissions télévisées mainstream s’essouffle. L’arrivée de MB5 dans le paysage médiatique marocain n’arrangera pas ses affaires. Selon les chiffres d’Ipsos, les autres chaînes (hors 2M, SNRT et Médi1TV) ont connu une hausse des investissements publicitaires de 208% en 2019, captant ainsi 5 MDH. Les 13 radios nationales semblent aussi prendre, en grande partie, un virage vers les émissions à large audience qui n’ont pas grandement amélioré leur chiffre d’affaires. En tout cas, les projections d’Ipsos montrent que le canal digital sera probablement le premier média en 2026.

source : lavieeco.com

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> string(3) "106" ["published"]=> string(10) "1583227922" ["created"]=> string(10) "1583224306" ["modified"]=> string(19) "2020-04-02 02:02:20" } [1]=> object(stdClass)#44 (11) { ["id"]=> string(2) "70" ["titre"]=> string(78) "vidéo. affaire Bab Darna. publicité mensongère? voici le verdict de la HACA" ["body"]=> string(2377) "

La HACA a été saisie d’une plainte au sujet du spot publicitaire des projets fictifs
du groupe immobilier Bab Darna, diffusé sur la chaîne 2M au cours du mois de
ramadan et ce, durant deux années consécutives (2017 et 2018). Voici la décision
de la HACA.

2M a finalement été complètement blanchie. La justice est seule compétente pour la réparation
des dégâts occasionnés par ce conflit impliquant le groupe Bab Darna, peut-on lire dans la
décision du Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA), datée du 3 janvier 2020.

Le CSCA affirme avoir délibéré après avoir constaté les faits incriminés dans ce spot publicitaire,
qui ont fait l'objet de la plainte, et demandé des éclaircissements à l’opérateur concerné.

Ainsi, ajoute la même source, même si la diffusion du spot en question aurait contribué à attirer
l’attention du public en vue de bénéficier des offres annoncées, la responsabilité de la société
Soread 2M se limite au contrôle en amont de la conformité du message publicitaire aux dispositions
légales en vigueur, notamment en matière de respect de la dignité humaine, de protection
du jeune public et de lutte contre les discours incitant à la haine et à la violence, outre les
données que l’opérateur, en toute bonne intention, serait en mesure de vérifier
la véracité dans le cadre de sa relation contractuelle avec les annonceurs.
Le Conseil Supérieur de la Communication Audiovisuelle a donc décidé de classer la
plainte et d’informer son auteur de l’issue de sa requête auprès de la HACA.

Source : le360.ma

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> string(9) "42,56,102" ["lecture"]=> string(3) "282" ["published"]=> string(10) "1578479410" ["created"]=> string(10) "1578476099" ["modified"]=> string(19) "2020-03-31 03:49:37" } [2]=> object(stdClass)#39 (11) { ["id"]=> string(2) "69" ["titre"]=> string(72) "L’abonnement serait-il la solution à la crise de la presse digitale ?" ["body"]=> string(6918) "

LA FERMETURE DU HUFFPOST MAROC EST UN RAPPEL DE LA DIFFICILE CONJONCTURE QUE VIT LA PRESSE DIGITALE. LES OFFRES PAYANTES DEMEURENT PEU NOMBREUSES SUR LE MARCHÉ. LES CHIFFRES TRÈS BAS DE LA LECTURE N’ENCOURAGENT PAS LES OPÉRATEURS À SE LANCER DANS L’ABONNEMENT.

Le 3 décembre dernier, le site web d’information, Huffpost Maroc, jette l’éponge en publiant sur son interface un message laconique en trois langues, arabe, français et anglais. Indépendamment des raisons spécifiques ayant poussé ce site à arrêter la publication de son contenu, le site-mère Huffpost Maghreb ayant également baissé les rideaux, la situation actuelle de la presse digitale au Maroc est à tout le moins délicate. Avec environ 80% de recettes publicitaires qui vont dans les poches des GAFA, essentiellement Google et Facebook au Maroc, et la baisse soutenue des recettes publicitaires, n’y a-t-il plus d’issue à cette situation «de crise» actuelle ? Les opérateurs ne devront-ils pas renouer avec le contenu payé, une vocation qui a accompagné l’évolution de la presse durant sa genèse ?

Pour Naceureddine Elafrite, gérant et co-fondateur de Medias24, pure-player d’information économique et financière en ligne, il sera impossible dans le futur de ne pas proposer du contenu payant. «Si peu de gens acceptent de payer pour lire et si toutes les parties prenantes du secteur sont en difficulté, tôt ou tard la presse en ligne devra vendre son contenu éditorial. C’est inéluctable», précise le co-fondateur de Medias24. Qu’est-ce qui empêche donc ce média de prendre le virage de l’abonnement ? C’est une question de temps. «Il faut reconquérir le marché des lecteurs. Plusieurs formules d’abonnement peuvent être développées, selon les différents niveaux d’information, allant de l’information gratuite à l’information premium», déclare M. Elafrite.

Le nombre de lecteurs n’est pas encourageant

C’est un constat. Cette évolution de la presse, écrite et digitale, n’est pas typique au Maroc. Idem pour le paysage de cette presse et son modèle économique. Pour l’instant, deux supports, à savoir le Desk et Telquel ont choisi de s’orienter vers l’abonnement. Si Telquel en est au début de son expérience d’offre payante, le Desk a terminé sa quatrième année, malgré des échos sur des difficultés à atteindre un nombre d’abonnements capable de garantir au média un équilibre financier. Le reste de l’offre est divisé entre deux types d’opérateurs. Les premiers sont les sites web des journaux, avec des fonctions allant de celle d’un simple relais des articles publiés sur le papier jusqu’à un support avec une stratégie presque indépendante. Les seconds sont les pure-players avec des versions arabophones et francophones, comme Yabiladi, Hespress… Sans compter l’effusion récente des webtélés, qui s’écartent, en matière de contenu, de la fonction éditoriale.

Pour Yabiladi, le salut pourra venir de l’audience de ce site multilingue, à plus de 70% située à l’étranger. Malgré cela, Mohamed Ezouak, fondateur de la plateforme Yabiladi, demeure «réticent à mettre en place une offre payante qui permettrait d’amortir la baisse des recettes publicitaires». Pour cause, les chiffres de la lecture sont très bas au Maroc comparés aux pays de la région. Ils ne dépassent pas 300 000 tirages par jour pour la presse papier. «Autre élément décisif, le concept de l’abonnement ne marche pas au Maroc. C’est un constat culturel», souligne M. Ezzouak.

Que faire donc face à la recrudescence des recettes publicitaires ? Le fondateur de Yabiladi a un projet en gestation qui consiste à mettre en place un club où il sera question de payer un abonnement annuel. «Cela ne sera pas lié au paiement pour avoir accès à des articles, car le contenu restera gratuit pour tout le monde», précise Mohamed Ezzouak. Si cette option évitera, dit-il, d’avoir une hiérarchie dans l’information offerte au public, cela donnera la possibilité aux membres du club de soutenir Yabiladi, en ayant accès à plusieurs avantages, comme la désactivation de la publicité. Autre problématique, le flou entoure l’évolution des supports digitaux. En effet, la majorité écrasante des professionnels que nous avons contactés n’a pas répondu à nos sollicitations, y compris le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM). Mais cela est une autre histoire.

Selon les statistiques fournis par le Groupement des annonceurs marocains (GAM), à fin 2018, le digital a enregistré une progression de 10,3% par rapport à l’année précédente, à 604,7 millions de dirhams. Cette performance reste en deçà de ce que la radio a réalisé. Ce dernier canal a enregistré une augmentation de 9,5%, à 1,1 milliard de DH au cours de la même année. Les deux canaux ayant fait l’exception par rapport aux autres canaux qui ont connu tous une dégringolade en 2018, à l’instar de la presse écrite qui a connu une baisse de 23,3%, à 575 millions de dirhams. Début 2018, une taxe de 5% a frappé tous les supports numériques, une mesure qui a été appliquée aux annonces publicitaires sur les sites de presse digitale et qui ne concernait auparavant que la télévision et le cinéma. Nul besoin de préciser qu’elle n’a pas arrangé les affaires au sein du secteur.

source : lavieeco.com

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> string(3) "276" ["published"]=> string(10) "1576858062" ["created"]=> string(10) "1576854586" ["modified"]=> string(19) "2020-04-01 19:44:47" } [3]=> object(stdClass)#45 (11) { ["id"]=> string(2) "68" ["titre"]=> string(54) "La Haca avertit Luxe Radio pour publicité clandestine" ["body"]=> string(1975) "

LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE (CSCA) A ADRESSÉ UN AVERTISSEMENT POUR PUBLICITÉ CLANDESTINE À LUXE RADIO CONCERNANT L’ÉMISSION « LES MATINS LUXE ».

Dans sa décision, le CSCA, réuni le 03 octobre 2019, relève que « suite à une auto-saisine de la Haute autorité de la Communication audiovisuelle (HACA), le CSCA a décidé d’adresser un avertissement pour publicité clandestine à Luxe Radio en rapport avec les éditions de l’émission Les matins Luxe, diffusées du 1er au 5 Juillet 2019 ».

Le Conseil Supérieur a également décidé de publier la décision au Bulletin Officiel et ordonné à Luxe Radio de donner lecture à l’antenne d’un communiqué relatif à la sanction.

Le CSCA a motivé sa décision par le constat, dans le contenu des éditions précitées, de manquements aux dispositions légales et réglementaires applicables à la communication audiovisuelle et relatives à la publicité clandestine.

Tout en prenant acte de la réponse de Luxe Radio à la demande d’explications adressée par la HACA, le CSCA a constaté que l’émission a présenté explicitement et de manière répétitive pendant les cinq éditions du programme, une marque commerciale déterminée.

Le Conseil a également estimé que la présentation argumentée et ouvertement promotionnelle des produits de cette marque était de nature à induire les auditeurs en erreur en raison de la confusion dans le contenu de ce programme entre information et publicité.

source : lavieeco.com

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> string(6) "56,101" ["lecture"]=> string(3) "416" ["published"]=> string(10) "1570525801" ["created"]=> string(10) "1570522317" ["modified"]=> string(19) "2020-03-31 18:10:11" } [4]=> object(stdClass)#46 (11) { ["id"]=> string(2) "67" ["titre"]=> string(106) "scandale. panneaux publicitaires. comment le maire de casablanca fait perdre une vraie fortune à la ville" ["body"]=> string(3617) "

 Le Conseil de la ville de Casablanca est en train d’apporter les dernières retouches pour faire passer un obscur marché portant sur 2.600 emplacements pour des kakémonos au prix de 1.200 dirhams pièce alors que leur valeur réelle est de quatre à cinq fois plus chère. Les détails.

D’aucuns savaient que le Conseil de la ville de Casablanca était habité par nombre d’incompétences. Mais de là à faire rater au budget de la ville plusieurs dizaines de millions de dirhams, voilà qui relève du ridicule et devrait faire l'objet de reddition de comptes.

C’est du moins ce dont nous informe le quotidien Assabah, dans sa livraison de ce jeudi 3 octobre. Ainsi, ce conseil, présidé par le maire islamiste Abdelaziz El Omari, aussi taiseux que controversé, s’apprête à faire passer ce marché colossal d’emplacements pour Kakémonos, supports d'affichage publicitaire suspendus verticalement, à un prix dérisoire, largement en-deçà de sa valeur réelle.

Le deal porte sur pas moins de 2.600 emplacements, pour des panneaux devant être accrochés sur des poteaux d’éclairage public sur certaines des plus importantes artères de la ville. Les arrondissements concernés sont Hay Hassani, Aïn Chock et Anfa. Ce dernier quartier, des plus fréquentés, centralise à lui seul quelque 1.800 emplacements sur le total précité.

Là où le bât blesse, c’est que ce marché a été cédé au prix unitaire de 1.200 dirhams sous forme de loyer annuel. Entendez un total de 3,12 millions de dirhams de recettes… Alors que la valeur minimale de ce marché vaut, à tout le moins, quatre fois le prix de la transaction.

En 2008, déjà, rappelle Assabah un marché identique avait été proposé à 5.000 dirhams l’unité, soit un total de 13 millions de dirhams de recettes annuelles pour une ville qui manque cruellement de ressources financières. L’écart équivaut donc à près de 10 millions de dirhams par an. Aucune société soumissionnaire n’avait alors pu s’aligner sur le tarif avancé par la ville. Et ce dossier avait, entre-temps, été placé dans un tiroir et paraissait oublié.

Pourquoi donc revenir, 11 ans après, et adjudiquer ce même marché, à une valeur quatre fois inférieure?

Alors que des voix s’élèvent, au sein même du Conseil de la Ville et de parties prenantes (telle la Lydec), pour contester cette transaction, la mairie, quant à elle, semble vouloir mettre tout le monde devant le fait accompli et a d’ores et déjà annoncé le nom de l’exploitant ayant remporté ce curieux deal.

Un deal qui, s’il avait été validé dans les temps, il y a de cela 11 ans, aurait fait gagner à Casablanca près de 140 millions de dirhams. Autant de manque à gagner, donc, sur un marché que Abdelaziz El Omari, l’actuel maire, entend accorder comme un «don», selon les détracteurs de ce drôle de projet.

source : le360.ma

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> string(3) "432" ["published"]=> string(10) "1570441795" ["created"]=> string(10) "1570438273" ["modified"]=> string(19) "2020-03-30 19:00:22" } [5]=> object(stdClass)#47 (11) { ["id"]=> string(2) "66" ["titre"]=> string(76) "Maroc Numeric Cluster et Averty se penchent sur les canaux digitaux au Maroc" ["body"]=> string(6005) "

Maroc Numeric Cluster et le cabinet d’études et de sondages d’opinion Averty ont livré les résultats d’une étude sur les canaux digitaux au Maroc afin de permettre aux entreprises locales une utilisation optimale du Digital dans la construction des liens avec leurs cibles. L’étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 700 personnes, réparties sur 40 villes, âgés de 15 ans et plus et pouvant s’exprimer en arabe ou en français. Elles sont d’abord des étudiants (35%), des employés et cadres (23%), des inactifs (10%) et des chefs d’entreprises (6%), des professions intermédiaires et libérales (6%),..

Les répondants de cette étude ont été sélectionnés aléatoirement à partir du panel Averty selon un procédé de stratification des listes d’invitation assurant la représentativité optimale des répondants. La taille d’échantillon représente une marge d’erreur de +/- 4%.

Référencement naturel et payant sur les moteurs de recherche

En faisant leurs recherches sur Google et les principaux moteurs de recherche, 30.3% des répondants déclarent ne pas faire la différence entre les résultats organiques (naturels) et les résultats sponsorisés (payants). Par ailleurs, 32.3% ont une préférence pour les résultats organiques contre 16.1% pour les résultats sponsorisés. Tandis que pour 22.3%, le choix se fait uniquement en fonction de la pertinence.

Réseaux sociaux

En termes de réseaux sociaux, Facebook demeure la plateforme la plus utilisée chez les internautes marocains (77%) suivie par Instagram (36%), Snapchat (16.8%) et Linkedin (16.3%). Par ailleurs, Snapchat et Twitter sont relativement en déclin en termes d’usage, en effet ces plateformes ont été récemment supprimées ou désactivées par 13% et 11% respectivement. Par contre, Facebook et Instagram sont les réseaux qui enregistrent la plus forte progression.

Malgré cette forte utilisation, plus de la moitié des répondants ne suivent aucune page de marque (40%) ou suivent certaines pages sans pour autant interagir avec elles (16%) alors que 44% ont déclaré suivre et interagir avec les marques.

Emailing et newsletters

Seulement 20.3% des répondants confirment être volontairement inscrits à des newsletters commerciales ou à but non lucratif. Alors que 45% n’ouvrent pas d’emails commerciaux, plus de la moitié s’intéresse au contenu de ces emails et les consultent d’abord en fonction de l’offre qu’ils proposent (20.7%), l’organisation d’où ils proviennent (14.3%) et le titre de l’email (13.5%). Par rapport aux emails commerciaux sans permission, 37% des répondants déclarent ne pas être dérangés et 26% se contentent de les ignorer.

Par contre 15% dénoncent ces emails et les signalent comme spam, 12.5% les suppriment et 9% se désabonnent complétement de la liste de diffusion.

Les applications mobile vs Web

Les utilisateurs marocains semblent divisés en termes de préférences par rapport au moyen d’interaction avec les marques préférées. Alors que 51% préfèrent le faire à travers une application mobile, 49% préfèrent passer par leur navigateur. Cependant, près des deux tiers de ces derniers abandonnent la visite en ligne si le site web de la marque n’est pas compatible avec le mobile.

En effet, les raisons de préférence de l’interface web à l’application mobile sont d’abord liées au fait que le site web contient plus de contenu/offres selon 21.8% des répondants, le fait qu’ils ne les consultent pas assez fréquemment (21.8%), la protection des données personnelles (21.2%) et le manque d’espace de stockage sur le téléphone (20.6%).

D’autre part, les utilisateurs préférant l’application mobile à l’interface web justifient leurs choix d’abord par la rapidité de l’application (37.4%), le besoin de rester à jour grâce aux notifications (21.3%), le besoin de les consulter à tout moment (19.1%), la possibilité de profiter des offres exclusives (18%) et la fréquence élevée des consultations (18%).

La publicité en ligne

Sur le mobile, les utilisateurs préfèrent voir les publicités sur les réseaux sociaux (23.7%), les vidéos (13.9%), les emails (13.9%), les applications mobiles (13.3%) et les résultats des moteurs de recherche (8%). Tandis que 39.5% n’apprécient la publicité sur aucun de ces supports. Avec une légère différence comparée aux utilisateurs du mobile, les utilisateurs de l’ordinateur (Desktop et/ou laptop) préfèrent voir de la publicité sur les réseaux sociaux (22.9%), les vidéos (17%), les emails (14.6%), et les résultats des moteurs de recherche (7.7%).

De manière générale, les types de contenus les plus appréciés, tous canaux confondus, on retrouve d’abord les vidéos (24.1%), les jeux (18%), les illustrations (16.1%), e-books (16%), les articles (11.9%),..

source : lnt.ma

" ["valid"]=> string(1) "1" ["redacteur"]=> string(1) "9" ["onslideshow"]=> string(1) "1" ["tags"]=> string(14) "6,97,98,99,100" ["lecture"]=> string(3) "440" ["published"]=> string(10) "1569859491" ["created"]=> string(10) "1569855904" ["modified"]=> string(19) "2020-03-31 11:17:54" } }

Actualités

Pourquoi publicitor.ma ?

Blue and green étant une agence de communication qui a touché à travers ses annonceurs...

Actualités

Baisse de 5% du marché publicitaire en 2019

Baisse de 5% du marché publicitaire en 2019

03 mars-2020
Lire la suite

LE CANAL DIGITAL ET LA RADIO S’EN SORTENT AVEC DES CROISSANCES DE 6,3% ET 22,7% RESPECTIVEMENT. LA PRESSE ÉCRITE,...

vidéo. affaire Bab Darna. publicité mensongère? voici le verdict de la HACA

vidéo. affaire Bab Darna. publicité mensongère? voici le verdict de la HACA

08 janvier-2020
Lire la suite

La HACA a été saisie d’une plainte au sujet du spot publicitaire des projets fictifs du groupe immobilier Bab Darna,...

L’abonnement serait-il la solution à la crise de la presse digitale ?

L’abonnement serait-il la solution à la crise de la presse digitale ?

20 décembre-2019
Lire la suite

LA FERMETURE DU HUFFPOST MAROC EST UN RAPPEL DE LA DIFFICILE CONJONCTURE QUE VIT LA PRESSE DIGITALE. LES OFFRES PAYANTES DEMEURENT PEU...

La Haca avertit Luxe Radio pour publicité clandestine

La Haca avertit Luxe Radio pour publicité clandestine

08 octobre-2019
Lire la suite

LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA COMMUNICATION AUDIOVISUELLE (CSCA) A ADRESSÉ UN AVERTISSEMENT POUR PUBLICITÉ CLANDESTINE...

scandale. panneaux publicitaires. comment le maire de casablanca fait perdre une vraie fortune à la ville

scandale. panneaux publicitaires. comment le maire de casablanca fait perdre une vraie fortune à la ville

07 octobre-2019
Lire la suite

 Le Conseil de la ville de Casablanca est en train d’apporter les dernières retouches pour faire passer un obscur...

Maroc Numeric Cluster et Averty se penchent sur les canaux digitaux au Maroc

Maroc Numeric Cluster et Averty se penchent sur les canaux digitaux au Maroc

30 septembre-2019
Lire la suite

Maroc Numeric Cluster et le cabinet d’études et de sondages d’opinion Averty ont livré les résultats...