loading
        array(6) {
  [0]=>
  object(stdClass)#42 (11) {
    ["id"]=>
    int(86)
    ["titre"]=>
    string(64) "U Radio, la nouvelle radio marocaine que tout le monde attendait"
    ["body"]=>
    string(2846) "

Bonne nouvelle pour les Marocains ! La nouvelle radio marocaine « U Radio » vient d’être officiellement lancée ce vendredi 11 juin 2021.

Vous l’avez bien lu ! Après une longue période de teasing sur plusieurs panneaux déployés au Maroc et qui ont attisé la curiosité des Marocains, U Radio a été lancée, ce vendredi 11 juin, sur vos ondes radio, que vous soyez à Casablanca, Rabat, Laayoune, Salé, Témara, Skhirat, Bouznika, Mohammedia, Bensliman, Marrakech, Bengurir, Fès, Sefrou, Dakhla, Kénitra, Mehdia, Tanger, Asilah,Agadir, Taroudant, Tiznit, Taghazout, Oujda, Jerada, Berkane, Ahfir, Saadia, Meknes, Moulay Driss Zarhoun, El Hajeb,, Sarsarn El Ksar Lekbir, Bouselham ou encore Larache, soit 30 villes.

Couverture FM

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (HACA) avait octroyé en novembre 2019 la licence à U Radio, ce nouveau service radiophonique axé principalement sur la musique et le divertissement et diffusé par voie hertzienne terrestre en FM.

Notons que selon Omar Essaidi, Directeur Général de la société titulaire de la licence, U Radio contribuera « au développement de la production culturelle et musicale nationale, à travers la promotion de la musique marocaine et l’accompagnement des jeunes talents de différentes régions du Maroc sans oublier l’enrichissement de l’offre radiophonique marocaine et la valorisation des expressions artistiques patrimoniales et modernes ».

U Morning

D’ailleurs, vous aurez droit à U Morning animé par la célèbre YouTubeuse et animatrice Radio Zei Beauty (Zeineb Laouni) ainsi que le célèbre humoriste Oussama Ramzi de 7h à 11h, et de 16H à 20H c’est Amine de « Les inqualifiables » et Hamza qui prendront l’antenne dans l’After U, de quoi bien vous divertir.

l'After

Source: le7tv.ma

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(1) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> string(2) "47" ["lecture"]=> int(229) ["published"]=> int(1623729594) ["created"]=> int(1623729384) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 07:50:46" } [1]=> object(stdClass)#43 (11) { ["id"]=> int(84) ["titre"]=> string(90) "La SNRT prend le contrôle de 2M et de Médi1TV, naissance d’un pôle audiovisuel public" ["body"]=> string(4936) "

Ce mardi 25 mai 2021, le ministre de tutelle Othman El Ferdaous présentera les détails du nouveau pôle audiovisuel public. La présentation se fera en commission parlementaire. Le projet est enfin entré en phase de réalisation.

Othman El Ferdaous a logiquement choisi le JT d’Al Aoula pour annoncer la finalisation du pôle de l’audiovisuel public. SNRT deviendra une holding détenant non seulement ses différentes marques actuelles, mais également 2M et Médi1TV.

Les trois principales chaînes audiovisuelles, 2M, Al Aoula et Médi1TV ont déjà réalisé récemment, d’excellentes mises à niveau de leurs départements de l’information, devenant plus dynamiques, plus réactifs et plus proches du téléspectateur. Au cours du confinement de 2020; ainsi que pendant chaque saison de Ramadan, les hausses d’audience ont bien montré que le pôle public a une place de choix, dans les préférences du public. Toutes ces chaînes ont toutefois des moyens financiers insuffisants, voire des difficultés.

Le nouveau pôle va mutualiser les achats de programmes, la télédiffusion, ainsi que la commercialisation des espaces publicitaires.

Il souffre, comme tous les médias au Maroc, de la concurrence des plateformes internationales, désignées sous le nom des GAFA (Google, Facebook…) qui aspirent jusqu’à 80% ou 85% des ressources publicitaires. Se pose alors la question du modèle économique de la télévision marocaine. Il va sans dire que les seules ressources du marché ne sont pas suffisantes pour financer des chaînes télévisées ayant un minimum d’ambition nationale et régionale. Le financement public s’impose donc, à côté du financement du marché (publicité). Or, au cours des dernières années, les subventions de l’Etat ont baissé.

Ferdaous annonce donc (vidéo ci-dessous) que la SNRT a pris le contrôle de 2M et elle est en voie de prendre celui de Médi1 tv.

Selon nos sources, La SNRT a fait l’acquisition de 2M: la Soread maison mère de 2M) a réalisé au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue le 14 avril 2021, une réduction de capital par absorption des pertes. Le capital social a ainsi été ramené de 358.694.800 dirhams à 300.000 dirhams. Il sera ramené par la suite à 300 millions de DH au cours d’une augmentation de capital à laquelle souscrira la SNRT uniquement. Les minoritaires seront donc fortement dilués. La SNRT détiendra presque 100% du capital.

Médi1 TV S.A. la holding qui détient Médi1 TV avait tenu une assemblée générale extraordinaire le 3 mai, avec à l’ordre du jour une augmentation de capital de 700 millions de DH. Selon nos sources, l’augmentation de capital sera moins importante, et ce sera le même schéma que pour Soread-2M : l’Etat à travers la SNRT sera le seul souscripteur et les minoritaires seront fortement dilués. La SNRT sera actionnaire à près de 100%. En attendant la finalisation de la prise de contrôle de Médias1TV par la SNRT, c’est CDG Invest qui l’a fait.

Ferdaous annonce, par ailleurs, la finalisation imminente du contrat programme entre l’Etat et le nouveau pôle, qui donnera à cet opérateur de la visibilité sur plusieurs années.

Avec cette fusion, le privé sort de l’audiovisuel. La question de chaînes privées se pose. En découle l’interrogation sur les modèles économiques. Le péage n’a pas correctement fonctionné; la publicité baisse d’une année à l’autre. Jusqu’où pourrait l’État dans le soutien à d’éventuelles initiatives privées dans le divertissement et/ou l’information ?

Source : medias24.com

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(1) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> string(5) "42,43" ["lecture"]=> int(283) ["published"]=> int(1622024910) ["created"]=> int(1622025228) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 07:52:40" } [2]=> object(stdClass)#39 (11) { ["id"]=> int(83) ["titre"]=> string(96) "Arrêt de diffusion de la sitcom (Café ness ness) : la justice ne s’est pas encore prononcée" ["body"]=> string(2954) "

La polémique autour de la sitcom “Café ness ness” diffusée durant ce mois de ramadan se poursuit. La justice se prononcera sur l’arrêt de diffusion le 5 mai.

Des rumeurs circulent sur les réseaux sociaux selon lesquelles une décision de justice aurait été rendue contre la série Café ness ness, diffusée par la chaîne Al Oula après la rupture du jeûne.

Selon les informations obtenues par nos confrères de TelQuel Arabi, la décision du tribunal de première instance de Rabat n’a pas encore été rendue concernant la suspension ou non de la sitcom. Le tribunal a en effet décidé de reporter la décision au 5 mai, pour avoir plus de temps pour examiner le dossier.

“Atteinte à l’image de la profession d’avocat”

La sitcom a suscité beaucoup de controverse parmi les avocats, qui la décrivent comme une “atteinte à l’image de la profession d’avocat d’une manière qui ne reflète pas la réalité et qui affaiblit l’un des piliers de la justice au Maroc”. Dans Café ness ness, une avocate exerce son métier dans un café où elle reçoit ses clients.

Un avocat au barreau de Rabat a déposé une plainte à caractère urgent, le 23 avril dernier, réclamant l’arrêt immédiat de la diffusion de la série, et une amende de 100.000 dirhams pour chaque jour de retard après publication de la décision.

“Jouer le rôle d’un avocat ou d’une avocate nécessite une autorisation préalable”

À noter que l’Association nationale des jeunes avocats du Maroc avait précédemment saisi la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA) afin d’intervenir pour arrêter la diffusion de la série, immédiatement après la diffusion du troisième épisode, estimant que certaines scènes “portent atteinte à la dignité de la profession d’avocat”.

Jouer le rôle d’un avocat ou d’une avocate par des acteurs et actrices nécessite une autorisation préalable”, estimait l’association.

 

Source : telquel.ma

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(1) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> int(296) ["published"]=> int(1619903602) ["created"]=> int(1619903796) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 08:09:41" } [3]=> object(stdClass)#44 (11) { ["id"]=> int(82) ["titre"]=> string(76) "À l’ère du digital, quels métiers et quelles compétences pour demain ?" ["body"]=> string(10259) "

Notre société change et les métiers aussi. Certains métiers du futur sont déjà là et d’autres ne tarderont pas à arriver et seront bientôt incontournables, alors que le digital poursuit sa montée en puissance dans tous les secteurs. Dans ce contexte, cultiver et développer les compétences nécessaires pour ces métiers de demain est loin d’être un luxe. Quels sont donc ces métiers et quelles compétences requièrent-ils ? Voici quelques éléments de réponse.

La question ne cesse de revenir dans les débats : quel visage aura le monde du travail dans le futur proche et quelles compétences pour les métiers de demain ? Une question source d’inquiétude pour certains et simple projection dans l’avenir pour d’autres, mais qui, pour beaucoup, laisse entrevoir un gisement d’opportunités et des possibilités d’évolution considérables.

Cette thématique a été au centre d’un webinaire organisé récemment par ESCA École de Management à l’occasion de la treizième édition de ses Job Days. « À l’ère du digital, quels métiers et quelles compétences pour demain ? » est la question qui a été soulevée et à laquelle plusieurs éléments de réponses ont été apportés par les experts et professionnels conviés.

C’est un fait avéré par l’histoire : les cycles de changement et de progrès transforment les métiers existants et en créent de nouveaux, alors que d’autres disparaissent complètement. Notre époque ne déroge pas à la règle avec toutes les évolutions rapides qui s’opèrent actuellement et qui sont appelées à se poursuivre avec encore plus de rapidité, surtout avec le digital comme vecteur fort de transformation.

« Le monde du travail est en train de changer avec la montée en puissance du digital. On voit peu à peu les métiers et les usages se transformer. De nouvelles tendances émergent dans les entreprises : management transversal, digitalisation, automatisation des tâches, culture de la compétence, responsabilisation, prise en compte de l’intelligence émotionnelle et des soft skills… Autant de tendances qui prennent de l’ampleur ces dernières années », a relevé Leila Naïm, enseignante-chercheure et responsable des programmes ressources humaines à ESCA École de Management.

« La digitalisation transforme les rapports que nous avons les uns avec les autres et nos rapports avec le monde du travail », souligne de son côté Maryam Zoulali, responsable Recrutement et Marque à Attijariwafa bank. « Cette digitalisation va au-delà des nouvelles technologies de l’information et de la communication puisqu’elle s’immisce jusque dans le modèle économique », a-t-elle ajouté.

À ce titre, certains métiers sont amenés à disparaître et d’autres vont se créer par la force du besoin. Pour Maryam Zoulali, les métiers qui vont disparaître sont ceux qui ont été très polarisés par l’automatisation alors que les métiers d’avenir seront ceux liés à des domaines qui sont actuellement en pleine expansion tels que l’intelligence artificielle, la robotique, la cybersécurité, la Big Data et la protection des données (Data scientiste, Trafic manager, Chief data officer…).

 

Se basant sur les prospectives de son Groupe, la professionnelle RH a également cité un ensemble de métiers liés aux systèmes d’information qui seront désormais sollicités, à savoir : ingénieur en fiabilité de site, ingénieur infogérance, ingénieur Unix/Linux, urbaniste SI, codeur, UX designer, intégrateur web, architecte système…

Dans le domaine de la sécurité SI, la liste comprend les fonctions suivantes : spécialiste en gestion de crise cyber sécurité, testeur d’intrusion Gestion de projets : le Change Manager, Senior Engagement Manager Marketing : veilleur en e-réputation, technologue créatif, copyrighter, digital sourceur, trafic manager, Growth Hacker…

Pour ce qui est métiers liés à l’expérience client, on trouve les Customer experience managers, les designers d’expérience utilisateurs, les managers de boutiques virtuelles, les animateurs de collaboration hommes/machines, entre autres.

Nidal Bennani, directeur général de Best Carrière, a également évoqué certains métiers qui ont émergé aujourd’hui tels que Scrum master, Bid manager ou Bim manager. « Ce sont de nouveaux métiers qui ont émergé et des profils qu’on retrouve aujourd’hui au sein des entreprises. Il y a même des fonctions qui ont été spécialement créées durant la crise sanitaire telles que le Chief Covid Officer ou l’assistant support télétravail !
Le coaching est aussi un métier d’avenir d’après Mohamed Tazi, directeur associé au cabinet LMS Formation. Avec tous les changements qui s’opèrent et ceux à venir, le besoin d’être accompagné s’impose de plus en plus », a-t-il affirmé.

« Les métiers vont évoluer plus qu’ils ne vont disparaître. Bien sûr, il y en a certains qui disparaîtront, mais l’essentiel, c’est le développement des compétences qui va permettre la pérennité de l’employabilité », a tenu à signaler à juste titre Youssef Elouedghiri Idrissi, directeur Capital humain à Alsa Al Baida.

 

À nouveaux métiers, nouvelles compétences ?

Agilité et adaptabilité sont les compétences qui font l’unanimité chez l’ensemble des intervenants. Elles ne sont pas nouvelles pour autant. Si les compétences techniques nécessitent des mises à jour constantes, d’autres sont plus durables comme le savoir-être, le savoir-devenir et le savoir-aboutir.

« Une compétence technologique au sein d’une entreprise aujourd’hui a en moyenne une durée de vie de 5 ans, c’est dire que désormais un employé ne peut plus occuper le même poste et faire le même travail pendant 20 ou 30 ans », a fait remarquer Nidal Bennani. « Aujourd’hui, il faut être en apprentissage continu et développer de nouvelles compétences pour pouvoir s’épanouir et se développer au sein d’une entreprise », a-t-il noté.

Pour Youssef Elouedghiri Idrissi, l’adaptabilité est aujourd’hui la compétence la plus prisée dans un monde marqué par le changement permanent.

L’autre compétence clé, celle de tous les temps, n’est autre que l’agilité. « Les hommes et les femmes ne vont pas disparaître, ce sont les métiers qui vont évoluer. Ce qui leur est aujourd’hui demandé est de devenir agiles », a assuré Mohamed Tazi qui a également cité comme compétence d’avenir la capacité à se transformer, à ne pas subir, mais d’être un acteur. « Que vous soyez secrétaire, commercial, marketeur ou financier, ce qui compte est votre capacité à vous transformer, à absorber les nouvelles idées et à les mettre en œuvre rapidement », a expliqué l’expert.

Les e-skills n’ont pas été en reste. Mohamed Tazi assure qu’« il est aujourd’hui inconcevable qu’un cadre en entreprise soit incapable d’utiliser les réseaux sociaux, les outils de communication et de management à distance ou la langue anglaise ».

 

Mais au-dessus de tout cela, ce sont les compétences humaines et comportementales qui deviennent aujourd’hui les compétences les plus souhaitées, a signalé Leila Naïm, qui est également coach experte en performance professionnelle et relationnelle. « Les social skills ou les compétences comportementales et relationnelles sont de plus en plus incontournables dans l’entreprise. Il est noté que le succès des individus dans les organisations repose à 80% sur les soft skills et à seulement 20% sur les compétences techniques », a-t-elle relevé, ajoutant que désormais, la capacité de persuasion, la collaboration, le leadership, la communication et l’adaptabilité sont des compétences qui permettront de se démarquer dans cet univers numérique.

 

Source: Le Matin.ma

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(1) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> int(356) ["published"]=> int(1617694404) ["created"]=> int(1617695384) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 08:08:58" } [4]=> object(stdClass)#45 (11) { ["id"]=> int(81) ["titre"]=> string(67) "Ramadan 2021: voici la grille des programmes de la chaîne Al-Aoula" ["body"]=> string(11695) "

Voici ce que propose Al Aoula pour ce mois sacré:

Cinq programmes quotidiens

- Réalisée par Mourad El Khaoudi, avec entre autres, Mohammed Khouyi, Nasser Akbab, Fatima Zahra Lahrach, Rajae Latifine et Omar Lotfi.. la comédie "Ahlam city" sera diffusée tous les jours à 18H30.

Synopsis: Après plusieurs années de dur labeur, Zineb parvient enfin à acquérir la maison de ses rêves. Très vite, ce rêve de vie paisible tournera court suite à un conflit avec leur voisin, "Zaitouni", propriétaire d’un terrain qu’il entend bien exploiter. En dépit de tous ces désaccords et contre toute attente naîtra une histoire d’amour entre le fils de ce dernier et la fille de la famille Hammadi. Cela parviendra-t-il à apaiser les tensions et à mettre un terme à la rivalité entre les deux clans? 

"Kehwa ness ness", une comédie sociale qui se déroule dans un café, microcosme de notre société. De nombreuses personnes s’y côtoient avec leurs histoires, leurs peurs et leurs espoirs.

A travers cette série et sur un ton léger et humoristique, plusieurs phénomènes sociaux seront abordés. A l’affiche, Mohammed Bassou, Mohammed Atir, Badia Senhaji.. Cette série a été réalisée par Hicham Jebbari et sera diffusée tous les jours à 19H10.

- Le sitcom "Dar l'hna" qui aborde la sépartation d’un couple à soixante-dix ans révolus! Il a été réalisé par Driss Aroukh. Rendez vous à 19H30 avec Mohammed Ljem, Nezha Regragui, Abdessamad Mitfah Lkhair, Adil Abatourab, Jalila Tlemci et Rachid Rafik.

- De la fiction avec "Bnat lassas". C’est l’histoire de Aicha et Hanane qui n’auraient jamais dû se retrouver à la rue. Addict au jeu et à l’alcool, c’est leur père qui les a placées dans une telle situation après avoir tout vendu pour céder à ses vices. Loin de leur village natal, elles se retrouvent sans toit à Casablanca. C’est une autre réalisation de Driss Aroukh. Rendez vous à 20H10 avec Aziz El Hattab, Souad Khoyi, Dounia Boutazout, Mouna Fettou, Sandia Tajdine.

- Retour de la série,"Al madi la yamout 2". Synopsis: Saâd El Ghali et sa famille croyaient en avoir fini avec le cycle infernal de la vengeance dans lequel ils avaient été entraînés.

Rendez vous à 22h15 pour découvrir la suite de cette série réalisée par Hicham Jebbari avec Rachid El Ouali, Fatima Khair, Amine Ennaji, Fatima Zahra Bennaser, Ahlam Zaimi et Nasser Akbab..

Les rendez-vous hebdomadaires 

- "Salef Aadra", un drame social qui relate la vie d’une jeune femme, belle et intelligente, dont la vie n’est pas pour autant facile. Il s’agit d’une réalisaion de Jamila El Bourji Benissa.

Rendez vous tous les jeudis à 22H50 avec Houda Sedqi, Abbas kamil, Rabii El Quati, Amal Temar, Jaouad Sayh..

- "Al bouyout asrar", une série dramatique réalisée par Alae Akaaboune qui présente l’histoire d’un homme d’affaires avide d’argent et de pouvoir. A cause de ses pratiques machiavéliques, de nombreuses familles autrefois aisées se sont vues dépouillées de leurs biens; en toute impunité. Qu’adviendra-t-il alors de lui? Pour le savoir, rendez vous tous les lundis à 22H45 avec Mohammed Khouyi, Saida Baadi, Said Bey, Maria Lalouaz, Hajjar El Masdouki et bien d’autres.

- "Sla w slam", dont l’histoire évolue dans le milieu des "neggafats" fameux organisateurs de mariages et acteurs essentiels de leur réussite. Il s’agit d’une réalisation de Zakia Tahiri. Rendez vous chaque mercredi à 22H45 avec Fadoua Taleb, Youssef Joundy, Mounia Lamkimel, Saad Mouafaq, Zineb Ennajm et bien d’autres

Des téléfilms tous les dimanches à 22H15

- "Moulat al ward", une comédie sociale porteuse de messages et de vérités. C’est l’histoire de Omar et de sa famille qui se retrouvent totalement démunis après avoir longtemps vécu dans l’aisance. Une réalisation de Abdallah Toukouna avec Abdallah Ferkous, Jamila El Haouni, Abdessamad Miftah El Kheir, Mohammed El Athir et Majida Aznak. 

- "Al qafez", qui raconte les péripéties de Said qui se retrouve du jour au lendemain au cœur d’un terrible imbroglio. Une réalisation de Youness El reguab avec Tariq El Boukhari, Hasna El Moumni, Badri Mansour, Yassine Ahjam, Sandia Tajeddine, Rafik Boubker 

Documentaire d’évasion, émission et série documentaires

- "Amalay", documentaire d’évasion et de découverte qui permet au téléspectateur de découvrir une dizaine de régions marocaines. Rendez vous tous les mercredis à 23H30.

- "Alf mrahba", une émission dédiée à l’art de vivre à la marocaine. Il y a selon les régions, des codes à respecter, des attitudes à adopter et toujours bien sûr une chaleur à transmettre et un sourire à arborer. Rendez vous tous les mardis à 22H45.

-  A travers "Al Mouggar", Al Aoula met la lumière sur l’un des pans essentiels du patrimoine culturel immatériel du Maroc: les moussems. Une série documentaire leur est entièrement consacrée tous les vendredis à minuit.

Débats et émissions religieuses

"Haya ala al falah", quatre épisodes hebdomadaires qui s’arrêtent pendant le mois sacré sur la grâce divine, la force et les mérites d’un simple sourire, l’amour d’autrui.. Rendez vous tous les mercredis à Minuit

- "Athar wa nadar", une émission de débat intellectuel et une analyse contemporaine de la pensée islamique. Rendez vous tous les lundis à minuit. 

"Fi dilal Al Islam": Vous souhaitez approfondir vos connaissances sur l’Islam et ses principes fondamentaux? Cette émission quotidienne est là pour vous éclairer. 

- "Hadith assaim", une émission quotidienne vise à sensibiliser le grand public aux bienfaits du jeûne et à lui rappeler les règles de bonne conduite inspirées des principes de l’Islam. 

- "Addourous Al Hassania", des causeries religieuses consacrées à l’exégèse du saint Coran et à l’explication des préceptes de l’Islam. Il s’agit d’un rendez-vous renouvelable chaque mois de Ramadan pour mettre en valeur la grandeur de l’Islam modéré, inspiré du saint Coran et de la sounna. 

- "Al Massira al qoraania", Tout au long du mois de Ramadan, les psalmodies vous sont proposées sur Al Aoula. Plusieurs maîtres du tajwid se prêtent à cet exercice de lecture, source de bien-être et de sérénité à raison de deux Ahzabs par jour.

Une soirée chaque samedi

Enfin, la soirée "Jmaatna zina" sera diffusée chaque samedi à 22H50. Il s’agit de soirées animées qui vous donne rendez-vous chaque semaine avec de nombreux artistes et s’engage à donner un coup de projecteur sur le riche panorama musical marocain. Toutes les régions du Royaume seront représentées.

source : medias24.com

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(9) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> int(373) ["published"]=> int(1617016089) ["created"]=> int(1617012490) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 08:25:37" } [5]=> object(stdClass)#46 (11) { ["id"]=> int(76) ["titre"]=> string(65) "Communication : Les 5 mesures des agences conseil pour la relance" ["body"]=> string(4310) "

Le secteur a connu 50% à 100% de baisse du chiffre d’affaires

Du côté des mesures légales, l’UACC propose la possibilité de réduction du temps de travail au-delà des 60 jours autorisés par le code du travail, pour permettre aux entreprises de préserver l’emploi de leurs collaborateurs.

Le secteur de la communication reflète la bonne santé d’une économie.
A l’heure où le Maroc se dirige vers le déconfinement et la reprise des activités, l’Union des agences conseil en communication (UACC) dévoile ses 5 mesures de soutien à la relance du secteur et de l’économie nationale. A l’image d’un grand nombre d’activités, le secteur de la communication a été touché par la crise : 50% à 100% de baisse du chiffre d’affaires des agences, les métiers les plus touchés étant l’événementiel et la publicité. Globalement, le secteur emploie plus de 90.000 personnes. En temps normal, il génère un chiffre d’affaires annuel de 12 milliards DH. De même, le poids économique de l’écosystème anime 8.500 entreprises.

Les investissements publicitaires en baisse de 43%

Depuis le début du déconfinement, les investissements publicitaires ont connu une baisse de 43%. Dans le détail, on compte un recul de -18% pour la télévision, -60% pour la radio, -56% pour la presse, – 25% pour l’affichage, -45% pour le digital et -100% pour le cinéma (fermeture des salles de cinéma oblige). Dans le top 5 des annonceurs durant cette période se trouvent les télécommunications (-18%), l’alimentaire (-44%), l’entretien (+83%), toilette/beauté (-33%), et banques/assurances (-50%). En 2019, les secteurs de l’immobilier, du transport et des banques et assurances étaient respectivement à la 3ème et 4ème places.

Un plan Marshall !

Pour relancer le secteur, l’UACC recommande 5 mesures d’urgence qu’elle a soumises à la Fédération du commerce et des services de la CGEM, au Comité de veille économique, au Conseil économique, social et environnemental et au Conseil national de la presse. Ainsi, les mesures fiscales reposent sur la suspension du paiement de l’impôt sur le revenu et des charges sociales durant l’année 2020 et allègement de l’IS sur l’année 2020. Pour ce qui est des mesures financières, celles-ci portent sur l’accès simplifié à Damane Oxygène sur une période de 12 mois minimum et le prolongement des crédits de financements à taux réduits et réduction des délais de paiement avec mise en place de pénalités de retard.
Du côté des mesures légales, l’UACC propose la possibilité de réduction du temps de travail au-delà des 60 jours autorisés par le code du travail, pour permettre aux entreprises de préserver l’emploi de leurs collaborateurs.
En matière d’incitation à l’investissement en communication, les professionnels proposent l’exonération de la taxe d’écran (droits de timbre sur la publicité audiovisuelle) pour les investissements audiovisuels qui atteignent un palier indexé sur le chiffre d’affaires de l’entreprise, et le renforcement de la commande publique de la communication.
Enfin, l’UACC appelle à la mise en place des subventions pour les médias d’information (presse, radios) sur la base des investissements réalisés et de la performance des médias (base objective).

source : aujourdhui

" ["valid"]=> int(1) ["redacteur"]=> int(9) ["onslideshow"]=> int(1) ["tags"]=> NULL ["lecture"]=> int(1133) ["published"]=> int(1593531370) ["created"]=> int(1593527974) ["modified"]=> string(19) "2021-07-29 08:11:14" } }

Actualités

Pourquoi publicitor.ma ?

Blue and green étant une agence de communication qui a touché à travers ses annonceurs...

Actualités

U Radio, la nouvelle radio marocaine que tout le monde attendait

U Radio, la nouvelle radio marocaine que tout le monde attendait

15 juin-2021
Lire la suite

Bonne nouvelle pour les Marocains ! La nouvelle radio marocaine « U Radio » vient d’être officiellement...

La SNRT prend le contrôle de 2M et de Médi1TV, naissance d’un pôle audiovisuel public

La SNRT prend le contrôle de 2M et de Médi1TV, naissance d’un pôle audiovisuel public

26 mai-2021
Lire la suite

Ce mardi 25 mai 2021, le ministre de tutelle Othman El Ferdaous présentera les détails du nouveau pôle audiovisuel...

Arrêt de diffusion de la sitcom (Café ness ness) : la justice ne s’est pas encore prononcée

Arrêt de diffusion de la sitcom (Café ness ness) : la justice ne s’est pas encore prononcée

01 mai-2021
Lire la suite

La polémique autour de la sitcom “Café ness ness” diffusée durant ce mois de ramadan se poursuit. La...

À l’ère du digital, quels métiers et quelles compétences pour demain ?

À l’ère du digital, quels métiers et quelles compétences pour demain ?

06 avril-2021
Lire la suite

Notre société change et les métiers aussi. Certains métiers du futur sont déjà là et...

Ramadan 2021: voici la grille des programmes de la chaîne Al-Aoula

Ramadan 2021: voici la grille des programmes de la chaîne Al-Aoula

29 mars-2021
Lire la suite

Voici ce que propose Al Aoula pour ce mois sacré: Cinq programmes quotidiens - Réalisée par Mourad El Khaoudi,...

Communication : Les 5 mesures des agences conseil pour la relance

Communication : Les 5 mesures des agences conseil pour la relance

30 juin-2020
Lire la suite

Le secteur a connu 50% à 100% de baisse du chiffre d’affaires Du côté des mesures légales, l’UACC...